se mettre ou être sur son 31…

Se mettre sur son 31, quelle n'est pas l'origine de cette expression?

Se mettre ou être sur son 31.

Comme beaucoup d'autres, je me suis posé la question de l'origine de cette expression.

 

Elle fait l'objet de nombreuses discussions sur les forums. Chacun y va de sa recherche sur le web.
 

Une chose est sure: on ne connaît pas vraiment l’origine exacte de l’expression “se mettre sur son 31” ou "être sur son 31". 

Ce n’est, en tout cas, pas en rapport avec le 31 décembre et la nuit de Saint-Sylvestre pour laquelle on revêt ses plus beaux habits.
Voici quelques origines probables:
  • La déformation du mot trentain qui désigne un drap dont la chaîne était composée de trente centaines de fil, portée au Moyen-Age à l’occasion des jours de fête ou tout simplement pour afficher sa position sociale.
  • Les soldats Prusse qui recevraient leur solde (ou une prime à l'occasion de la visite de leur hiérarchie militaire, selon les versions) tous les 31 de chaque mois et qu'ils accompagnaient d'un nettoyage approfondi de leur caserne et recevaient également l’ordre de porter leur plus bel uniforme pour se faire inspecter.
  • Un jeu de carte, en vogue dans les années 1800 dont le but était d’atteindre le chiffre 31 pour s’assurer la victoire.
 
Chacune de ces trois explications semble plausible.

Par contre, j'ai parfois lu que cela venait soit de la tenue actuelle de l'armée Française T31, soit de la tenue 31 (décrite au Bulletin Officiel du 28 mai 1931) dont traite ce site.

 

Dans l'armée Française actuelle, la tenue T31 ou tenue n°31 correspond à la tenue de prise d'arme sur la base de la tenue de combat (camouflée). 

De même la T32 correspond à la tenue de prise d'arme sur la base Terre-de-France ou Bleu chasseur, la T33, la tenue de tradition sur la base de la tenue de combat et la T34 la tenue de tradition sur la base Terre-de-France ou Bleu chasseur.
Toutes ces tenue débutant par 3 sont en effet celles utilisées lors des défilés. 
Cependant dans l'ordre de "prestige" des tenues, elles le sont beaucoup moins que les tenues de cérémonie (T21, T21bis et T22) ou les tenues de réception (T11, T13 voire T12, T15 ou T16).
Ce qui rend cette hypothèse contemporaine peu plausible.
 

Concernant la grande tenue ou tenue de ville décrite au BO du 28 mai 1931 en remplacement de la tenue modèle 1922, c'est très récemment et par facilité que collectionneurs et historiens la nomment ainsi.

En effet, si on étudie les règlements et documents de l'époque, le terme tenue 31 ou tenue modèle 1931 n'est jamais utilisé, même par les tailleurs militaires qui utilisent le terme exact du Bulletin Officiel de grande tenue et tenue de ville.
De plus, cette tenue ne fût obligatoire que pour les officiers accédant au grande d'officier entre 1931 et 1937, puis fût suspendue en 1939. On ne peut donc pas parler d'un usage important au point d'étendre l'usage au monde civil.

Pour consulter l'intégralité du Bulletin Officiel du 28 mai 1931 décrivant la grande tenue ou tenue de ville de l'offcier Français.

Pour découvrir le site tenue31.fr, musée en ligne de l'officier Français.

Pour reconnaître une grande tenue ou tenue de ville selon la description du BO du 28 mai 1931.