Les Canons de l’élégance – Musée de l’Armée

Du XVIe à nos jours, à travers plus de 200 objets pour la plupart issus des collections du musée de l’Armée, l'élégance est mise à l'honneur dans cette exposition provisoire " Les Canons de l'Elégance" du 10 octobre 2019 au 26 janvier 2020.

Parmi ces 200 objets, nous en avons sélectionné 5 sur lesquels il nous semblait intéressant de nous pencher plus longuement.

Canons de l'élégance - affiche

Il a dû être difficile de sélectionner les oeuvres qui figureraient dans l'exposition " Les Canons de l'Elégance" tant la notion d'élégance est indissociable de l'uniforme militaire.

Voici quelques photos d'ensemble de l'exposition. Ce qui peut dérouter, de prime abord, c'est le mélange des époques et des nationalités (et bien entendu des natures d'objets exposés) mais on finit par s'y habituer.

Canons de l'élégance
Canons de l'élégance
Canons de l'élégance - cent-gardes
Canons de l'élégance - ensemble
  1. Premier objet sélectionné de l'exposition  " Les Canons de l'Elégance" : l'étui de revolver des compagnies sahariennes.

Canons de l'élégance - étui compagnies sahariennes

Il s'agit d'un modèle prototype comme l'atteste l'étiquette.
Les exemplaires prototypes ou modèles-types étaient conservés par les services de l'intendance pour servir de référentiel en cas de dérive ou de désaccord avec l'adjudicataire.
Il s'agit d'un étui de revolver modèle 1876/93, communément appelé "étui jambon" eu égard à sa forme.
Il est destiné, à cette date, à contenir un revolver modèle 1892, les revolvers modèle 1873 et 1874 n'étant plus en dotation en 1938.
Initiallement, une poche cousue sous le rabat en cuir moulé contient 12 gaines pour autant de balles de 8mm. En 1909, l'étui subit une modification: les 12 gaines sont remplacées par 3 gaines déstinées à 3 boîtes de 6 cartouches.
Le modèle standard d'étui pour officier est en cuir noirci et verni avant 1914, puis en cuir fauve foncé dans la période de l'entre-deux-guerres.

Le modèle "pour compagnies sahariennes" tel qu'indiqué sur l'étiquette se distingue par l'usage de cuir de vache rouge, quadrillé sur fleur.
Il est identique en tous points à celui des spahis.

Canons de l'élégance - fiche prototype

2. Second objet sélectionné de l'exposition  " Les Canons de l'Elégance" : aigrette de Colonel.

Réservée aux Colonels chefs de corps, l'aigrette est en plumes de hérons.
Sa base est ornée de plumes de coq tricolores surmontant une olive en métal doré ou argenté selon la couleur de l'arme.
Un anneau en ivoire retient les brins de l'aigrette pour les empêcher de se casser.
Elle se fixe à l'avant du képi ou du shako dans un petit gousset aménagé à cet effet. Ou bien sur le côté gauche des casques de Dragons et Cuirassiers, puis de Hussards et Chasseurs à cheval, à partir de 1913 avec l'adoption du casque.

L'aigrette ne survit pas au premier conflit mondial.
Elle est cependant portée de nos jours (depuis une date inconnue) par le directeur des formations d'élèves de Saint-Cyr.

Aigrette colonel hussards
Aigrette colonel cuirassiers

3. Troisième objet sélectionné de l'exposition  " Les Canons de l'Elégance" : pelisse modèle 1889 d'officier de cavalerie légère.

Canons de l'élégance - pelisse

Dès 1875, les officiers sont autorisés à faire usage en tenue de ville et en petite tenue de service, d'une tenue en drap du fond.
La pelisse est bordée d'astrakan noir ainsi que les manches. Le col est aussi en astrakan.
Les brandebourgs, les tresses et les olives sont en soie noire.
Dans le dos de la pelisse est dessiné en soutache de soie noire, un papillon ailé inspiré de celui du dolman des officiers d'artillerie.
La pelisse ne porte pas de galons. Son port est interdit avec le shako ou le casque.
De plus, il est interdit de la porter flottante sur l'épaule à la façon du second empire.

Le modèle exposé ici est en drap bleu ciel est spécifique aux officiers de cavalerie légère, ce qui le rend plus rare encore.
Le caractère facultatif de la pelisse et son coût prohibitif la réservait aux officiers les plus fortunés.

 

Pelisse modèle 1889 recto
Pelisse modèle 1889 verso

4. Quatrième objet sélectionné de l'exposition  " Les Canons de l'Elégance" : ensemble d'uniformes du Lieutenant-Colonel Bernard Pougin de La Maisonneuve.

Canons de l'élégance - tuniques

Sans grande surprise, le  quatrième objet (ou plutôt, série d'objets) est l'ensemble d'uniformes du Lieutenant-Colonel Bernard Pougin de La Maisonneuve, légué en 2018 au Musée de l'Armée.

Cet ensemble comprend une tunique de grande tenue modèle 1931, fabriquée en 1937 par le tailleur Petitdemange de Saumur, une vareuse à col aiglon kaki de tenue de travail ou de campagne, confectionnée en 1934 par Pierre Plazanet, maitre tailleur à l'école de cavalerie de Saumur, et une vareuse de toile kaki clair.

Le col aiglon est typique des vareuses produites entre 1929 et 1938, par déformation du col demi-saxe décrit au BO du 25 août 1929.
Ces trois uniformes de capitaine du 1er régiment de chasseurs à cheval ont appartenu au capitaine Bernard Pougin de La Maisonneuve alors qu'il appartenait à ce régiment.

Saint-Cyrien de la promotion Chevalier Bayard (1923-1925), il est nommé lieutenant le 1er octobre 1927 et est affecté au 1er Régiment de Chasseurs à Cheval d'Alençon le 14 avril 1930 où il est
porte-étendard de 1931 à 1932. Affecté au Département militaire des Hautes-Alpes lors de la campagne de France, il est démobilisé le 30 novembre 1942 avant d'être rappelé lors de la
libération de la France en septembre 1944. En 1949, alors Commandant, il est Directeur de cabinet aux affaires militaires.

Chef de corps du 2e régiment de spahis marocains durant la guerre d'Indochine, il est tué au cours d'une embuscade à Binh Ba (Cochinchine) le 5 novembre 1953.
Officier de la Légion — Croix de guerre 939-1945 - Croix de guerre des T.O.E.

LCL Bernard Pougin de la Maisonneuve

" Commandant du 2e Régiment de Spahis Marocains, le Lieutenant-Colonel POUGIN DE LA MAISONNEUVE a assuré depuis le 20 juillet 1953 la lourde charge de Commandant du sous-secteur de Baria (Sud-Vietnam).
Dans cette tâche difficile et ingrate, a fait montre des plus belles qualités de chef tant dans les domaines intellectuel et moral que sur le plan physique parcourant chaque jour les axes routiers les plus exposés de son sous-secteur pour remplir sa mission.
Le 5 novembre 1953, se trouvant en jeep sur la route Baria - An-Loc (Sud-Vietnam) à quelques centaines de mètres des éléments d'ouverture de route qui venaient de tomber dans une forte embuscade rebelle, s'est immédiatement porté au centre du combat.
A dirigé personnellement sous le feu ennemi des éléments d'ouverture, donnant ses ordres avec le plus grand mépris du danger. Au cours de l'action est tombé grièvement blessé par éclat de mortier.
A donné aux cadres et aux hommes de son régiment et de son sous-secteur le plus bel exemple d'énergie, de courage et de sacrifice consenti."
(Citation à l'ordre de l'Armée)

Sources: catalogue de l'exposition, musée du souvenir de Saint-Cyr, annuaires militaires.

5. Cinquième objet sélectionné de l'exposition  " Les Canons de l'Elégance" : la valise de démonstration d'épaulettes modèle 1921 et de brassards d'Etat-Major.

Un peu en retrait sur le côté de la dernière salle, voici l'objet qui a le plus attiré notre attention.
Il s'agit d'une imposante valise de démonstration de la maison Bidal.

L'objet est d'autant plus exceptionnel que les éléments d'uniforme qui la composent eurent une existence extrêmement courte.

  • Le premier plateau présente les différents modèles de brassards d'Etat-Major.
  • Le deuxième plateau présente les écussons des épaulettes modèle 1921 pour officiers subalternes, supérieurs et généraux.
    Mentionnées par la circulaire du 23 juillet 1921, leur description est completée par la circulaire du 13 août 1921.
    La circulaire du 29 juin 1922 supprime ces épaulettes en tant qu'effets obligatoires.
    Les officiers qui en auront fait l'acquisition seront cependant autorisés à les porter.
    Le port des épaulettes d'avant-guerre, avec la disctinction épaulette / contre-épaulette (sans franges) est aussi autorisé.
    Ces épaulettes ne seront remplacées que par le modèle adopté avec la nouvelle grande tenue en 1931.
Canons de l'élégance - valise démonstration

Brassards d'officiers d'Etat-Major:

Première colonne:

  • Etat-Major des Généraux commandant une Brigade d'Infanterie (ou commandant les groupes de subdivision).
  • Etat-Major des Généraux commandant une Brigade de Cavalerie.
  • Etat-Major des Généraux commandant une Brigade d'Artillerie.
  • Etat-Major des Généraux commandant une place forte ou une zone fortifiée.

Deuxième colonne:

  • Etat-Major particulier du Ministre de la Guerre.
  • Etat-Major des Maréchaux. Le modèle présenté n'est d'ailleurs pas conforme au réglement puisque les batons de Maréchal devraient être brodés sur un fond bleu/blanc/rouge.
  • Etat-Major de l'Armée, du Général commandant en chef, des Généraux commandant un Corps d'Armée, une Armée ou un détachement d'Armée.
  • Etat-Major des Généraux commandant un Corps d'Armée ou Etat-Major particulier du Président de la République ou des Gouverneurs Militaires de Paris et de Lyon.

Troisième colonne:

  • Etat-Major des Généraux commandant une Division d'Infanterie.
  • Etat-Major des Généraux commandant une Division de Cavalerie.
  • Etat-Major des Généraux commandant une Division d'Artillerie.
  • Etat-Major des Généraux commandant une région fortifiée.
Canons de l'élégance - valise démonstration épaulettes

Seuls les écussons des épaulettes modèle 1921 sont présentés.

Officiers subalternes et supérieurs:

Première colonne:

  • Chasseurs à Pied et Cavalerie (écusson d'officier supérieur)
  • Chasseurs à Pied et Cavalerie (écusson d'officier subalterne)
  • Médecin (écusson d'officier supérieur)
  • Médecin (écusson d'officier subalterne)
  • Pharmacien (écusson d'officier supérieur)
  • Pharmacien (écusson d'officier subalterne)

Deuxième colonne:

  • Infanterie Artillerie Génie (écusson d'officier supérieur)
  • Infanterie Artillerie Génie (écusson d'officier subalterne)
  • Sous-Intendant (écusson d'officier supérieur)
  • Sous-Intendant (écusson d'officier subalterne)
  • Vétérinaire (écusson d'officier supérieur)
  • Vétérinaire (écusson d'officier subalterne)

Officiers Généraux  (troisième colonne):

  • Maréchal de France
  • Général
  • Médecin inspecteur
  • Intendant Général
  • Interprète

La reste est malheureusement caché par le plateau du dessus.