Généraux et Maréchaux

Généraux et Maréchaux dans le musée en ligne sur l'histoire et l'uniforme de l'Officier Français de 1918 à 1940.
 
 

Cette page:

  • illustre l'uniforme de des généraux et maréchaux de 1918 à 1940,

  • évoque le parcours d'officiers généraux et maréchaux pendant l'entre-deux guerre,

  • et retrace l'historique de l'armée Française entre les deux guerres mondiales.

Les généraux français de 1940 - Parcours d'exception
De Max Schiavon François de Lannoy 
Parcours d'exception
Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr généraux et maréchaux.
Illustration généraux

I- Description de l'uniforme des généraux et maréchaux de 1918 à 1940.

Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr généraux et maréchaux.
Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr généraux et maréchaux.

Description de la tenue des officiers généraux (grande tenue et tenue de ville).

I.- GRANDE TENUE.

TUNIQUE DE GRANDE TENUE.

  1. a) Tunique en drap.

                Confectionnée en drap satin bleu foncé, la tunique est composée de : deux devants, deux petits côtés, un dos avec basque rapportée, un col et deux manches.

                La tunique dessine la taille suffisamment pour permettre le port du ceinturon par-dessus l’effet ; dans ce but, chaque devant comporte une ou deux pinces verticales permettant l'ajustage à la conformation de l'officier général. Le bord inférieur de la tunique s'arrête à dix centimètres au-dessus des genoux (longueur totale du dos pour la taille moyenne : 0m,90).

                Devants. - Les devants se ferment droit sur la poitrine au moyen de neuf gros boutons d'uniforme. Ils sont coupés d'une seule pièce dans toute leur longueur. Le devant de droite qui porte les boutons s'engage de 40mm environ sous celui de gauche ; ce dernier est percé de boutonnières correspondantes faites en drap ; la première boutonnière est placée à 35mm de l'encolure et la dernière à hauteur de la taille.

                Petits côtés. - Les petits côtés sont coupés d'une seule pièce dans toute leur longueur ; ils sont placés sous les bras.

                Dos. - Le dos est coupé d'une seule pièce jusqu'à la taille ; sa largeur à cet endroit mesure 90mm environ entre les deux coutures latérales. Il est prolongé par une basque.

                La basque du dos est composée de deux morceaux rectangulaires rapportés au dos par une couture à hauteur de la taille. Le morceau de droite s'engage sous celui de gauche de 30mm en haut et de 60mm environ en bas. Chacune des deux coutures d'assemblage de la basque avec les petits côtés est ornée d'une « patte à la soubise » en drap du fond et qui présente en haut une tête à trois pointes avec un gros bouton d'uniforme au milieu, et plus bas une pointe saillante sur le derrière portant aussi un gros bouton d'uniforme.

                Dimension de la « patte à la Soubise ».

                Distance verticale entre les deux boutons, environ 120mm

                Largeur de la tête de la soubise 55mm

                Largeur de la pointe saillante, au 2e bouton 40mm

                Largeur entre la tête et cette pointe 20mm

                Largeur au-dessous de cette pointe jusqu'au bas 15mm

                La pointe supérieure de cette soubise est doublée en drap du fond ; elle n'est pas appliquée contre le corsage pour que le ceinturon puisse reposer sans masquer cette pointe, sur les deux autres qui sont fortement arrêtées au niveau de la tige du bouton.

                Les deux boutons placés au milieu de la tête des soubises sont éloignés l'un de l'autre de 90mm environ de milieu en milieu. Le tour des soubises est passepoilé en drap du fond.

                Manches. - Les manches sont en cieux morceaux, un dessus et un dessous ; elles se terminent au bas par un parement droit. Les parements sont en drap du fond ornés de la broderie décrite plus loin au paragraphe « Broderies » :

Largeur de la manche pour une taille moyenne :

                En haut   200mm

                Au coude    190mm

                Au bas   150mm

Parements droits :

                Hauteur apparente 65mm

                Hauteur du rempli en dedans.   20mm

                Col. - Le col, de forme droite, est en drap du fond. Il est orné de la broderie décrite plus loin ; sa hauteur est en moyenne de 50mm. Il se ferme carrément par-devant au moyen de trois agrafes ; il est garni intérieurement d'un cuir et reçoit sur sa doublure cinq petits boutons en métal blanc destinés à fixer le col blanc en toile. Ce col blanc ne doit dépasser tout autour que de 2 à 4mm.

                Brides d'épaulettes. - Les brides d'épaulettes sont constituées par une broderie de 16mm environ de largeur exécutée sur du drap du fond et décrite ci-après :

                Le drap est remplié de chaque côté de la broderie de manière à former doublure et passepoil dépassant la broderie de 3mm environ de chaque côté. La largeur totale de la bride est de 22mm environ.

                Ces brides d'épaulettes doivent être cousues sur le vêtement de manière que l'épaulette soit placée bien droite sur l'épaule.

                Un petit gousset en drap du fond est cousu sur chaque épaule pour recevoir l'agrafe de l'épaulette.

                Patte de ceinturon. - Une patte de ceinturon en drap du fond et doublée de même, dont les bords sont passepoilés en drap du fond, est fixée sur le devant de gauche à l'aplomb de l'aisselle et, immédiatement au-dessus de la hanche.

                La tête de cette patte a trois pointes ; elle est percée d'une boutonnière faite en drap. Un petit bouton d'uniforme correspondant est cousu sur le devant qui, en cet endroit, est renforcé par un droit-fil en toile placé entre le drap et la doublure.

Longueur apparente de la patte   100mm

Largeur de la tête mesurée aux pointes 40mm

Largeur au-dessous de la tête jusqu'au bas 15mm

                Doublage. — Le pourtour de la tunique est remplié et piqué à cordon, sauf le bord du devant de gauche qui est passepoilé en drap du fond.

                Le corps de la tunique est entièrement doublé en béatrix ou en satin de Chine noir ; les manches sont doublées en satinette.

                Les devants sont parementés en drap du fond sur une largeur de 70mm. Une poche de portefeuille de 160mm de profondeur sur 150mm de largeur est piquée sur la doublure de chaque devant.

                Broderies. — Maréchaux de France et officiers généraux.

                Le col et les parements de la tunique de grande tenue sont ornés de broderies en or séparées par des intervalles laissant voir le drap du fond, savoir :

1° Une baguette d'encadrement formée d'un rang de cannetille figurant une torsade de 2mm de largeur, d'une rangée de paillettes de 3mm de largeur et d'une rangée de dents de 5mm de largeur tournée en dehors, exécutées en filé dit « au passé ». La largeur totale de cette baguette est de 10mm environ ;

2° Une branche de chêne de 31mm de largeur pour le col et de 40mm de largeur pour les parements.

                La broderie des brides d'épaulettes est en cannetille et paillettes d'or, sa longueur est de 90mm et sa largeur de 16mm environ.

                Les feuilles de chêne sont brodées mi-partie cannetille mate et mi-partie brillante en filé dit « au passé » avec nervure et paillettes.

                Boutons d'uniforme. - Demi-bombés, dorés au bruni et mat ; la coquille porte comme empreinte estampée : pour les maréchaux, deux bâtons croisés entourés de lauriers; pour les généraux, un trophée formé de drapeaux et d'un bouclier surmonté d'un casque.

                Gros boutons :

                               Diamètre 21mm

                               Hauteur 9mm

                Petits boutons :

                               Diamètre 15mm

                               Hauteur 7mm

                Insignes de grade. - Les insignes de grade sont formés par des étoiles à cinq branches en argent massif (diamètre du cercle circonscrit, 20mm) placées sur chaque manche au-dessus du parement, de la façon suivante :

                Général de brigade : deux étoiles placées sur une ligne parallèle au bord supérieur du parement et à 120mm environ du bord inférieur de la manche. Elles sont espacées entre elles de 70mm environ de centre à centre.

                Général de division : trois étoiles en argent placées en forme de triangle, dont les côtés ont 70mm environ.

                Général commandant un corps d'armée : quatre étoiles en argent, placées en forme de losange.

                Les trois premières sont placées comme celles du général de division. La quatrième forme au-dessous le quatrième sommet du losange.

                Général membre du conseil supérieur de la guerre : cinq étoiles en argent. Les quatre premières sont placées comme celles du général commandant un corps d'armée. La cinquième est posée à 60mm environ au-dessus de celle qui forme le sommet supérieur du losange.

                Maréchal de France : sept étoiles en argent. Les quatre premières sont posées en losange comme celles d'un général commandant un corps d'armée. Les trois dernières sont posées en triangle au-dessus des quatre premières ; elles sont écartées entre elles de 70mm environ.

II- Parcours d'officiers généraux et maréchaux pendant l'entre-deux guerre.

Obsèques du Maréchal Lyautey le 2 août 1934. Quelques tenues modèle 1921 subsistent. Képis et bicornes sont portés (plumes noires pour les généraux de brigade et de division, plumes blanches pour les généraux commandant un corps d’armée).

Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr généraux et maréchaux.
Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr généraux et maréchaux.
Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr Généraux et Maréchaux
  • Général Maxime WEYGAND.

Général Weygand Escadron de Flandres

Dans les années 30, le Général Weygand, futur chef d'Etat-Major Général de la Défense Nationale, en grande tenue.

La photo est idéalement cadrée car elle permet de distinguer la plaque apposée sur ce bâtiment: "Escadron des Flandres" et permet de localiser cette photo à Lille, dans la Citadelle exactement. C'est en 1906 que cet escadron a été créée pour enseigner l'art de l'équitation.

  • Général BRACONNIER.

Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr généraux et maréchaux

En Juillet 1933, Le prince Nicolas de Roumanie sortant de l'Elysée accompagné d'un Général de Corps d'Armée et d'un Colonel de Gendarmerie tous deux détachés auprès de la présidence de la République comme le montrent les doubles bandes dorées présentes sur leurs pantalons.

Il s'agit en effet du Général Charles BRACONNIER, secrétaire général militaire, Chef de la Maison militaire auprès du Président de la République Française, M. Albert Lebrun et vraisemblablement du Colonel de gendarmerie Gaston Alfred BROSSE , commandant militaire du palais de l'Elysée.

Photo Meurisse

  • Général GAUTSCH.

Général Gautsch

Ensemble ayant appartenu un Général Charles Lionel Honoré Arnould GAUTSCH.

Issu de la promotion 1902 de Polytechnique. Nommé Colonel le 25 juin 1932, il est en 1933, à l'Etat-Major particulier, commandant l'artillerie de la division de Constantine. En 1938, il est l'Inspection Générale du Matériel automobile.

Il est le père de l'actrice Françoise Arnoul, née en 1931 a Constantine. Elle emprunta un des prénoms de son  père pour en faire son nom d'artiste.

  • Général GAMELIN.

Général Gamelin

Général GAMELIN.

  • Généraux à identifier.

Généraux

-

  • Général Médecin CHRETIEN.

Médecin Général Chrétien 19 nov 1932

Médecin Général CHRETIEN, photo prise le 19 novembre 1932.

Poursuivre votre visite ou bien revenir à la page d'accueil pour visiter une autre page.