Tirailleurs Algériens et Tunisiens

L'uniforme et la grande tenue modèle 31 de l'officier Français. Tirailleurs Algériens et Tunisiens.

Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr tirailleurs algériens tunisiens
Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr tirailleurs algériens tunisiens
Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr tirailleurs algériens tunisiens

TIRAILLEURS. - Tunique bleu ciel, col jonquille, pas de pattes de manches mais soufflets rouges, pattes de collet ciel, insignes ou numéros or, boutons unis demi-sphériques or, galons or en trèfles, pas d’épaulettes ; pantalon garance, simple bande ciel. Képi : bandeau ciel, calot garance : ceinturon bleu ciel ; plaques or. Pour les régiments marocains, le sceau de Salomon en or remplace le numéro.

Le sous-lieutenant Lagrange du 8ème Régiment de Tirailleurs Tunisiens (Bizerte, Aïn-Draham).

Max Elie Antoine LAGRANGE est Saint-Cyrien  de la 1ère compagnie de la 116ème Promotion Mangin 1929-1931, il accède au grade de sous-lieutenant le 1er octobre 1931.

L'annuaire de la Saint-Cyrienne de 1931 confirme bien son grade et son régiment: Sous-lieutenant au 8ème régiment de Tirailleurs Tunisiens à Bizerte.

L'annuaire des officiers de l'armée Française confirme grade et régiment en 1933: sous-lieutenant au 8ème régiment de Tirailleurs Tunisiens.

En 1936, toujours lieutenant au 8e RTT, il participe à un stage au cours pratique de tir de l'infanterie et des chars.

 Selon le bulletin de la Promotion Mangin, il est en 1942, à la ½ brigade Algérienne à Fréjus.

Selon l'annuaire de Saint-Cyr, il est, en 1949, capitaine d'infanterie et habite 110 boulevard Malesherbes à Paris.

Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr tirailleurs algériens tunisiens
Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr tirailleurs algériens tunisiens
Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr tirailleurs algériens tunisiens
Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr tirailleurs algériens tunisiens
Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr tirailleurs algériens tunisiens
Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr tirailleurs algériens tunisiens

Un sous-lieutenant de Tirailleurs Algériens ou Tunisiens.

Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr tirailleurs algériens tunisiens
Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr tirailleurs algériens tunisiens
Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr tirailleurs algériens tunisiens
Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr tirailleurs algériens tunisiens

Tenue de capitaine du 9ème régiment de Tirailleurs de Gaston  ROCAS .

Né le 1er mars 1895 à Alger, Gaston Auguste Albert Zéphirin ROCAS entre au service le 10 Novembre 1914. Aspirant au 9e régiment de marche de tirailleurs, il est promu sous-lieutenant le 16 juin 1917. Après la guerre, il est placé hors cadres au Maroc. Nommé lieutenant le 16 juin 1919, il est réintégré au 5e régiment de tirailleurs le 1er janvier 1920 et reçoit la Légion d'Honneur le 16 juin 1920. Après avoir suivi son année de scolarité à Saint-Cyr, 106ème Promotion de la dernière de la Grande Guerre 1920-1921, il rejoint le 9e régiment de zouaves (Alger, Fort-National, Aumale) où il reste jusqu'au 25 septembre 1931, date de sa promotion au grade de capitaine et de son affectation au 9e RTA (Miliana). En juin 1936, il passe au 23e RTA puis, le 25 août 1936, au 69e Régiment d'Infanterie de Forteresse recréé dans le secteur Saint-Avold Faulquemont. Fait prisonnier en 1940, il est promu chef de bataillon le 25 juin 1942 alors qu'il est en captivité. A son retour de captivité, il est vraisemblablement démobilisé et mis en retraite. En 1949, Lieutenant-colonel retraité, il demeure selon l’annuaire de Saint-Cyr de 1949, à la Villa El Djenina, impasse Docteur Baudens à Alger.

Notice biographique rédigée grâce au concours d'Eric de Fleurian, du site les-tirailleurs.fr.

Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr tirailleurs algériens tunisiens
Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr tirailleurs algériens tunisiens
Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr tirailleurs algériens tunisiens
Uniforme grande tenue officier français modèle 31 1931 tenue31.fr tirailleurs algériens tunisiens
Tenue du Commandant Delafenêtre du 21e Régiment de Tirailleurs Algériens.

Tenue du Commandant DELAFENETRE du 21e Régiment de Tirailleurs Algériens d'Epinal.

Sous-officier avant la 1re guerre mondiale (il est signalé comme sergent fourrier au 24e BCP en 1913), Auguste Louis DELAFENETRE passe le concours pour rentrer à l'école militaire d'infanterie en 1913. A sa sortie en 1914, il choisit le 24e BCP où il fait toute la guerre. Lieutenant le 1er mai 1915, il est nommé capitaine le 3 octobre 1916. Il est fait chevalier de la Légion d'Honneur le 14 juillet 1917. Trois fois cité pendant la guerre, il est placé en congé sans solde le 1er janvier 1923. En disponibilité, il est affecté à plusieurs régiments jusqu'à son rattachement au 21e RTA. Il est encore affecté à ce régiment lorsqu'il est promu chef de bataillon le 25 mars 1934 (les officiers en disponibilité continuait à concourir pour l'avancement). Il est inscrit au tableau de concours pour la rosette d'officier de la Légion d'Honneur en 1935. Il est mis en retraite en 1939.

Pendant l'occupation, le Commandant Delafenêtre prendra la tête du deuxième groupement du Maquis des Vosges après l'arrestation de Lucien Méline* le 10 juillet 1943 et prendra en main les secteurs d'Épinal, Dompaire, Charmes, Rambervillers et Bains.

* Lucien Méline, né le 17 avril 1901 à Gérardmer (Vosges), garagiste, marié, père de quatre enfants et demeurant à Remiremont (Vosges), y fut arrêté le 10 juillet 1943 par la Sipo-SD, pour « complicité dans la désertion de militaires allemands ». Il s’agissait en réalité d’une aide à l’évasion de soldats yougoslaves incorporés de force dans la Wehrmacht. Interné à la prison de la Vierge à Épinal, ils furent déférés devant le tribunal militaire allemand siégeant dans la ville, qui les condamna à mort le 4 septembre 1943. Un peloton d’exécution allemand les fusilla le 12 octobre 1943 à Épinal.

Notice biographique réalisée grâce au concours d'Eric de Fleurian du site les-tirailleurs.fr.